Homélie du 1er dimanche du carême

Revisitons notre baptême !
(à travers le baptême des Douze)

Par Ignace Plissart

En ce début de Carême 2018, la liturgie nous invite une nouvelle fois « à raviver la grâce de
notre baptême » comme on ravive les braises d’un feu au petit matin.
Mais revisiter notre baptême est une gageure ! Et ce, pour deux raisons ; la première : nous
n’en avons aucun souvenir, puisqu’il nous fut imposé à la naissance ; et la deuxième raison :
les baptêmes d’enfants auxquels nous aurions assisté, sont de très mauvais exemples pour
nous introduire dans le mystère de notre baptême, car ces baptêmes, réduits à un rite et à une
formule, ont perdu ce qui en faisait leur puissance spirituelle : l’engagement personnel du
catéchumène.
Alors comment mener notre enquête ? Je propose, dans un premier temps, de relever dans le
N.T. quelques passages où l’on parle du baptême. Il y a toute chance qu’on y apprendra
quelque chose d’utile pour notre enquête !
1. Au Jourdain, le prophète Jean prêchait un baptême de conversion ; il adressait son appel à
des adultes déçus par les promesses de leurs religions respectives. Entendez « conversion »
dans le sens d’un passage d’une obéissance servile à des préceptes, vers une obéissance
confiante à Dieu autre et en sa Parole. Jean disait : « Moi, je vous baptise dans l’eau, mais
vient après moi celui qui vous baptisera dans l’Esprit Saint (et le feu). » Mc 1,8 – Ici le
baptême dans l’Esprit Saint qu’évoque Jean ne sera pas lié à un rite.
2. Encore au Jourdain : Après avoir été baptisé par Jean, Jésus sortit de l’eau, et voici que les
cieux s’ouvrirent et il vit l’Esprit Saint descendre telle une colombe, et voici qu’une voix
venant du ciel se fit entendre : « Tu es mon Fils bien-aimé, en toi j’ai mis toute ma
complaisance » Mc 1,10 – Ici la descente de l’Esprit Saint s’opère hors rite.
3. Lors de la montée de Jésus et de ses disciples vers Jérusalem, Jacques et Jean demandèrent
à Jésus de pouvoir s’asseoir à sa droite et à sa gauche, càd de pouvoir partager son pouvoir.
Jésus leur répondit : « Êtes-vous prêts à être baptisés dans le baptême dans lequel je serai
baptisé, et boire à la coupe à laquelle je vais boire ?» Ils répondirent « Oui, nous le
pouvons !» Mc 10,38 – Ici le baptême équivaut à être associé à la mort de Jésus.
4. Quelques jours après sa Résurrection et avant son Ascension, Jésus dit aux siens : « Jean
vous a baptisés dans l’eau; d’ici peu de jours, c’est dans l’Esprit Saint (et le feu) que vous
serez baptisés » Act 1,5 – Ici le baptême d’eau est clairement dissocié du baptême dans
l’Esprit qui leur sera donné à la Pentecôte, sans rite.
5. Quelques années plus tard, Pierre et Jean descendirent chez les Samaritains et prièrent pour
eux, afin que l’Esprit Saint leur fût donné. Car il n’était tombé sur aucun d’eux ; ils avaient
seulement été baptisés au nom du Seigneur Jésus. Act 8,14 – Le baptême de l’Esprit Saint
apparaît ici comme l’aboutissement du baptême chrétien, et une nouvelle fois sans rite.
6. Plus tard encore, dans sa lettre adressée aux Romains, Paul écrit ceci : « Ignorez-vous que
baptisés dans le Christ, c’est dans sa mort que vous avez été baptisés (et pas seulement
dans sa résurrection) " Rom 6,1-3
Sur base de cet inventaire (incomplet), nous constatons que le baptême chrétien est moins un
rite qu’un engagement d’une conscience droite à l’égard de Dieu le Père, en Christ et dans
l’Esprit.
Passons au deuxième temps : Posons-nous la question : « Où et quand les Douze ont-ils été
baptisés ? ». La réponse à cette question va nous aider à rentrer plus avant dans le mystère de
notre baptême.

(Questionner l’assemblée ou poursuivre par le paragraphe suivant)

HoméliesB_Car01_Baptême

Certains d’entre vous me diront : « Au Jourdain». Effectivement la plupart des Douze, sinon tous, ont fréquenté
le prophète Jean et se sont laissés baptiser de ses mains. Mais ce baptême était-il déjà chrétien ? Non. Tout au
plus en était-il l’amorce.
D’autres me diront : « Au Cénacle, lors de la descente de l’Esprit Saint sous l’apparence de langues de feu ».
Effectivement le don de l’Esprit appartient au baptême chrétien, et en constitue même le point d’orgue, mais il
n’en est pas la totalité.
Vos (ces) deux réponses contiennent leur part de vérité, mais l’une et l’autre pèchent par
insuffisance. Jésus y est oublié. Or nous savons que son rôle y est essentiel.
En fait le baptême des Douze s’est étalé sur les trois années du ministère de Jésus, depuis son
séjour au Jourdain jusqu’à la Pentecôte (hors rites pour les 2/3). On peut y distinguer trois
étapes dans leur baptême : l’étape du Jourdain, la première, vécue autour du prophète Jean,
puis l’étape de la Galilée, durant laquelle les disciples suivent Jésus, et enfin l’étape de
l’Ascension – Pentecôte où ils reçoivent l’Esprit Saint et sont rassemblés en un peuple
nouveau. J’appelle la première étape, celle du Père ; la deuxième, celle du Fils ; et la
troisième, celle de l’Esprit.
Dans le baptême chrétien, nous retrouvons ces trois étapes, mais entremêlées l’une dans
l’autre. Le baptême chrétien a retenu de l’étape du Jourdain (la première) l’initiative divine,
celle du Père qui appelle tout homme à revenir à Lui (à se tourner vers lui) à travers un rite
unique non renouvelable, vécu dans une confession de foi consciente : l'immersion dans l'eau.
C’est la deuxième étape qui a donné au baptême chrétien son originalité laquelle consiste à
nous greffer sur Jésus : "Croyez en Dieu, mais aussi en moi !" (Jn 14,1)
En effet le baptême chrétien nous engage à la suite de Jésus, nous met à l’écoute de Jésus,
nous entraîne avec Jésus sur le chemin des pauvres; il nous revêt du Christ, càd de son mode
de vie, de sa confiance radicale à son Père; le baptême nous associe à sa mort en croix par
amour des hommes et de son Père.
Le baptême chrétien trouve son point d’orgue dans la troisième étape. En effet le baptême
chrétien a pour but ultime : notre illumination par l’Esprit, notre entrée dans le Corps du
Christ, et notre découverte du vrai nom de Dieu (Père, Amour, Dieu autre)
Pour terminer ce parcours marathon, un mot encore sur son rite majeur du baptême chrétien,
càd l’immersion (réduite aujourd’hui à une simple ablution).
A l’origine, le rite de l’immersion appartenait exclusivement à la première étape, celle du
Jourdain. Aujourd’hui il tire sa signification et du Père, et du Fils et de l’Esprit. Autrement
dit, l’eau baptismale évoque non seulement l’idée de "conversion", mais aussi celle
d’immersion dans la tendresse du Père, de plongée dans la mort du Christ pour "la rémission
des péchés" et d'imprégnation de l’Esprit Saint pour notre renaissance. Et le tout dans « un
engagement envers Dieu avec une conscience droite ». I Pierre 3,21
(Aspersion des fidèles)

Share on Facebook