Homélie du 2ème dimanche du carême

Là, tu l’élèveras en montée
Gen 22,1-18; Rom 8,31-34; Mc 9,2-10

Par Ignace Plissart

Une fois n’est pas coutume. Aujourd’hui, au lieu de commenter l’évangile, nous porterons notre
attention sur la première lecture : le récit du sacrifice d’Abraham.
Pourquoi ce choix ? Pour trois raisons.
– La première: Le récit du sacrifice d’Abraham a profondément marqué l’inconscient collectif de
l’Occident, ainsi que la réflexion chrétienne sur le sens de la mort de Jésus et sur le mystère de ce
qu’on appelait jadis ‘le Saint Sacrifice de la messe’.
– La deuxième raison découle de la précédente : ce récit nous donne une image inacceptable du
divin. Un Dieu qui pour éprouver la foi d'un père, lui demande d'offrir son fils en holocauste, est,
pour l'homme de bon sens, un faux dieu.
– La troisième raison : les exégètes contemporains reprochent aux traductions et aux commentaires
habituels de ce récit de commettre trois graves contresens.
Dans mon travail de relecture, je me suis appuié sur les observations d’André Wenin, exégète belge,
enseignant à Lumen Vitae et de Marie Balmary, psychanalyste et exégète croyante.
Le récit commence par un appel, et une réponse : « Abraham ! » – « Me voici ! »
Il se poursuit par un ordre : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac ; va pour toi en
terre de Moryah, là, élève-le en montée sur l’un des monts que je te dirai. » Je traduis : « Adviens à
toi-même (à ta dignité de vrai père) ! Pour ce faire, élève ton fils vers moi. » Dans le texte hébreu,
aucune allusion à un sacrifice sanglant. Seulement une invitation à « élever l’enfant en élévation ».
Invitation qui rappelle à Abraham son rôle de père à l’égard d’Isaac : tu dois élever ton fils!
D’accord, le texte hébreu peut prêter à confusion. Influencé par la culture de son temps, Abraham
crut comprendre qu’il lui fallait sacrifier son fils.
Dès le matin, il part en terre de Moriah, avec Isaac, 2 ados, 1 âne, 1 torche et 1 coutelas (μαχαιρα :
petit couteau de sacrifice – non pas un glaive). Arrivé au pied de la montagne, Abraham invite les
deux ados à les attendre : « Nous nous prosternerons, puis nous reviendrons vers vous. » Ces mots
trahissent le malaise profond d’Abraham. C'est comme s'il doutait que sa démarche soit voulue par
Dieu.
Au cours de montée, Isaac interroge son père : « Voici le feu et le bois. Où est l’agneau de la
montée ? » Sa question en sous-entend une autre : « L’agneau, serait-ce moi ? »
Troublé par la question de son fils, Abraham évite de lui répondre : « Élohim verra pour lui l’agneau
de la montée, mon fils ! » Le doute le reprend.
Arrivé au sommet, Abraham dresse un autel, y place son fils bras et jambes liées. Au moment où il va
frapper, l’Ange de Yahvé crie des ciels : « Abraham, Abraham, ne lance pas ta main vers
l’adolescent, ne lui fais rien de mal ! »
Sur le champ Abraham retient son bras meurtrier. C’est alors que Élohim lui dit : « Oui, maintenant,
je sais que tu frémis d’Élohim, que tu crois en Élohim ! »
Comment comprendre le ‘Maintenant, je sais’ ?
Deux lectures sont possibles : « Ayant constaté que tu étais prêt à sacrifier ton fils, je sais maintenant
que tu crois en moi » ou « Constatant que tu viens de renoncer à sacrifier ton fils, je sais maintenant
que tu crois en moi ». Cette deuxième lecture non seulement colle mieux au mot ‘maintenant’, mais
sauve Élohim du reproche d’avoir acculé un père à vouloir sacrifier son enfant.
Élohim poursuit son propos.
Ici encore deux traductions s’affrontent, la classique et l’autre. Grammaticalement l’autre lui est
préférable : le ‘pour moi’ doit devenir ‘loin de moi’ . Ce qui donne ceci : « Tu n’as pas retenu loin
de moi ton fils ton unique » au lieu de « Pour moi, tu n’as pas épargné ton fils ton unique »
C’est à ce moment précis, qu’Abraham comprend qu’il s’était mépris sur le contenu de l’ordre du
Seigneur. Jamais Élohim ne lui avait demandé de sacrifier son fils Isaac, Il lui avait demandé autre
chose. Mais quoi ? La suite du récit va nous permettre de le savoir.

HomélieB_Car02b_Elève-le- moi
Remis de ses émotions, Abraham remarque un bélier saisi au hallier par les cornes. Qu’est-ce qu’un
bélier ? Le mâle de la brebis, le père de l’agneau, le symbole de la paternité. Que fait Abraham ? Il
prend le bélier et l’offre en sacrifice. Ce faisant, Abraham offre en sacrifice sa paternité toute
puissante, le lien fusionnel et dominateur qui l’unissait à son fils.
Ayant offert son lien mortifère, Yahvé bénit Abraham : « Je multiplierai ta semence comme les
étoiles des ciels, comme le sable sur les lèvres de la mer. »
Le récit s’achève sur cette remarque du rédacteur : "Abraham retourne vers les adolescents restés au
pied de la montagne et avec eux rejoint Beer-Sheba." Isaac ne le suit pas. Il reste avec Élohim. Grâce
à l’offrande du lien qui le ligotait à son père, l’ado est advenu à sa dignité de fils de Dieu. Alors que
jusqu’ici Isaac était parlé par son père, il peut maintenant parler une parole qui n’est pas parlée par
un autre, une parole parlée à partir de sa dignité de fils de Dieu.
Le dépoussiérage de ce récit m’amène à quelques réflexions :
Y a t il eu quelque chose de sacrifié ? Oui. La ligature d’Isaac. Le sacrifice d’Abraham s’est opéré en
acceptant de mettre son fils en présence de Yahvé, en acceptant d'accorder à son fils sa liberté
d’homme, de vis-à- vis de Dieu.
Le sacrifice d’Abraham est exemplatif pour tout père et toute mère d’un enfant. Nous n’avons pas le
droit de maintenir nos enfants captifs. A l’inverse, nous avons à les libérer progressivement de ces
liens faussement protecteurs qui les empêchent d’exister, de vivre pleinement, de parler à partir
d’eux-mêmes.
Vous comprenez aussi le danger qu’il y a eu dans le passé à interpréter la mort de Jésus en croix à la
lumière du sacrifice d’Abraham, tel qu’habituellement commenté.
Cet admirable verset de Jean « Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son fils unique, …» peut être
si mal compris ! Ceux qui pensent que Dieu a disposé de la vie de son fils comme Abraham de celle
d’Isaac, se trompent lourdement. L’union de Jésus à son Père n’a souffert d'aucune ligature. En bon
père, Dieu devait souhaiter que l’homme Jésus, son fils unique, parle et agisse à partir de lui-même,
qu'il atteigne la plénitude de son humanité aimante, et qu'il devienne à son tour « père d’une
multitude ».
Le « coutelas d’Abraham » qui finalement ne servira qu’à couper les liens d’un père avec son fils se
retrouve, tel quel, en Mat 10,34 ; ce petit couteau établit une connexion entre le récit du sacrifice
d’Abraham et cette parole énigmatique de Jésus : N’allez pas croire que je sois venu apporter la paix
sur la terre ; je ne suis pas venu apporter la paix, mais le coutelas (μαχαιρα : petit couteau de
sacrifice). Car je suis venu opposer l’homme à son père, la fille à sa mère et la bru à sa belle-mère :
on aura pour ennemis le gens de sa maison. » Mt 10,34
Effectivement, la paix qu’apportait Jésus à ses contemporains, entraîna, dans un premier temps, la
division des familles juives ou païennes concernées par la conversion d’un de leurs membres. Cette
division se prolongeait aussi longtemps que les parents non chrétiens et païens se refusaient de
« sacrifier » les ligatures qui maintenaient leur fils ou fille converti sous leur coupe.

Share on Facebook